UA-67970786-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2015

AVIS A L’ADMINISTRATION COMMUNALE !

87 violations de sens interdit, en 2h 30' rue Garibaldi à La Courneuve !

 

 sens interdit.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les exactions graves au code de la route, en dépit de panneaux de signalisation pourtant explicites, mettent quotidiennement en danger la vie de tous nos concitoyens, dont certains ont été durement éprouvés par un décès de leurs proches par des chauffards qui bénéficient souvent d'une impunité, faute de sanctions exemplaires et dissuasives.


Un mois et demi environ après l'installation des panneaux de « sens interdit » rue Garibaldi, une dizaine de personnes de l'association ARC4,  ont, durant 2h 30' environ, constaté 87 violations du sens interdit !!! Aucun PV n'a été délivré durant 45 jours environ !  


Que font les autorités ? Mairie et police pour faire respecter les lois et pour s'opposer avec fermeté à ces violations graves répétitives du code de la route ?

Résultat:
après l'intervention d'ARC4 les violations du sens interdit ont diminué des 3/4 !


Aider les autorités administratives est une chose admissible, mais ce n'est pas à nos concitoyens de pallier aux insuffisances de la police et des similis polices qui se multiplient pratiquement sans aucun résultat, autre qu'une augmentation de nos impôts locaux et l'aggravation de notre dette communale.


Pas de prévention, pas de répression, expliquent les raisons de la dégradation des conditions de vie des Courneuviens qui vivent dans l'insécurité, tant chez eux que dans le domaine public ! C'est d'autant plus grave que la lutte contre les causes de l'insécurité est le premier devoir d'un Maire !

Pour ce problème ponctuel de violation du « sens interdit » rue Garibaldi il faut sévir par des moyens répressifs itératifs contre tous les contrevenants souvent récidivistes.

Ce qu'il convient de dénoncer, c'est aussi l'incompétence des personnes chargées de la signalisation routière et de la voirie qui, de surcroit, ne respectent pas leurs engagements et se déchargent réciproquement sur leurs collègues de leurs responsabilités personnelles et professionnelles. 

Demandant par téléphone, à M. Vinote.SIVAPRAKASAM de régler les problèmes de signalisation, causés par des panneaux de « sens interdit », non conformes en hauteur, (2,70m au lieu de 2,30m)  il répondit fort peu courtoisement, qu'il avait à faire par ailleurs, pour in fine, se décharger sur le Maire, en nous préconisant de lui écrire, ce que nous faisons présentement.

En cas de PV, ceux-ci risquent d'être invalidés pour non-conformité.

Il est de fait difficile de faire respecter nos lois avec du personnel administratif incompétent ou de mauvaise foi, car ces personnes contribuent grandement au mécontentement général des Courneuviens et au manque de confiance de nos citoyens pour leurs institutions administratives communales et pour faire le compte, départementales...   

Le "pourrissement" existentiel de notre société est fait d'une multitude de faits comme celui qui nous préoccupe aujourd'hui !

Comment expliquer l'a-réactivité du service public face à toutes ces exactions, autrement que par leur banalisation. Leur fréquence est telle que statistiquement ces exactions semblent "normales" ... Ce qui est pathologique c'est le manque de réceptivité  des "responsables" publics qui ne réagissent plus et qui méritent à ce titre d'être réformés pour manquement à leurs devoirs professionnels.   

 

RF

La signalisation doit être explicite et l'implantation de ces panneaux doit être conforme à la législation en vigueur

Dernière minute :

La voirie a fait un marquage au sol d’une ligne continue blanche, accolée d’une ligne en pointillé, pour rendre plus explicite l’interdiction signalée par des panneaux trop haut (2,70m au lieu de 2,30m)

Nous restons vigilants quant aux résultats.

Ce qui est exaspérant ce ne sont pas les problèmes mais leur répétition continuelle par défaut de réponse rapide et adaptée.

24/03/2015

Rappel à la loi !

Quand nos lois communes ne sont plus respectées, la société devient  un conglomérat hétérogène de tribus communautaires, ne s'autodéterminant qu'en référence à leur culture originelle, dans une société patchworkdisée muticonflictuelle ...

La désespérance sociale !

désespoir social.jpg

 Rappel à la loi !

Quand la Mairie décide de mettre en sens unique une rue,  cette décision est juridiquement licite ... 

 Mais quand on invite  les cyclistes à circuler à contre-sens, il y a non seulement un problème juridique, mais en plus, cette décision fait courir aux cyclistes des risques d'accidents dont certains peuvent être très graves ! 

Il est en effet inquiétant que cette autorisation de circuler à contre sens, d'un sens interdit, ne soit signalée  que par un petit vélo peint en blanc sur la route, au début de la rue Garibaldi, sans aucune voie de matérialisation !  
Autant dire que ce petit logotype, à cet emplacement au sol, n'est pas perceptible par les automobilistes.  Les contrevenants qui remontent le sens interdit disent pour toute excuse :
« nous n'avons pas vu les panneaux d'interdiction" ?
Ou encore:
« ils sont trop haut, hors du champ de vision ». Ce qui est sur ce point juste !  


Alors, quand on ne perçoit pas des doubles panneaux de part et d'autre du début de la rue Garibaldi, comment les automobilistes pourraient-ils percevoir un petit cycliste peint au sol au début de cette rue ?

D'autres automobilistes, quand on les avertit à temps, dont certains sont des récidivistes, disent qu'ils s'en foutent et passent en force en nous injuriant au passage !

Dans un contexte aussi problématique, la municipalité pérennise les conflits entre les riverains de la rue Garibaldi et ceux qui violent le sens unique. On fait prendre aussi et surtout des risques aux cyclistes qui risquent leur vie et le Maire, lui aussi, de ce fait, statutairement, encourt des poursuites pénales pour mis en danger de la vie d’autrui.

Nous payons scandaleusement de plus en plus d'impôts locaux et malgré tout, nos représentants sont incapables d'apporter la sécurité aux Courneuviens. Faut-il être engagés politiquement pour se faire entendre ? 

Il est encore scandaleux que ce soit des Courneuviens notamment de l'association ARC4 qui pallient les insuffisances des "pouvoirs" publics.

Ainsi des représentants d'ARC4 ont décidé, ce DIMANCHE 29 MARS de dissuader tous ceux qui remontent le sens interdit, qui violent le code de la route et qui font courir aux habitants les inconséquences d'un comportement qui les expose à des accidents gravissimes !

Ceux qui veulent participer à cette prévention urgente seront les bienvenus !


NB: notre société est divisée sciemment en partis politiques, par communautés, par leurs religions, etc.

De leur coté, les citoyens ARC4 sont strictement apolitiques dans leur association et à ce titre, ils espèrent que nombres d'autres associations, soucieuses également de leur indépendance tout en gardant leur identité, s’assembleront à un vaste mouvement confédératif dont le but essentiel sera, outre la recherche de notre sécurité commune, de donner enfin un pouvoir exécutif à nos concitoyens, totalement confisqué par les partis politiques dont le sectarisme ne cesse de s'exprimer à l'encontre de ceux qu'ils n'ont pas encore réussi  à soumettre à leur idéologie. 

Le citoyen est par la constitution française, dépositaire de tous les pouvoirs et il est temps qu'il en prenne conscience. 

Nous sommes constamment victimes d'une inversion du principe de subordination : ce sont nos représentants politiques qui sont à notre service et non l'inverse ! 
Il convenait de le dire : voilà c'est fait !      

 Pour ARC4  


RF  

------------------------------------------------------------------  

Amende sens interdit

 amende sens interdit.jpg

Lorsqu'un conducteur s'engage dans une voie à sens unique, il commet une infraction routière. Cette infraction est alors sanctionnée par une amende pour sens interdit.

Amende et sens interdit

L'interdiction de rouler en sens interdit est définie à l'article R412-28 du Code de la route. Ainsi, un panneau de sens interdit oblige la circulation dans un seul sens, pour tous véhicules. Un conducteur qui s'engage dans une voie avec un panneau de sens interdit commet donc une infraction, qu'il circule en véhicule motorisé ou non.  Un cycliste pourra donc être sanctionné par une amende pour sens interdit au même titre qu'un motard ou qu'un automobiliste.

---> Sanctions pour un sens interdit

Une amende suite à un sens interdit est une contravention de 4e classe, qui correspond à une amende forfaitaire de 135 €, pouvant être minorée à 90 € ou majorée à 375 €.

Le conducteur est donc tenu au paiement de cette amende.

En plus de l'amende, la circulation en sens interdit expose à d'autres sanctions :

  • - Un retrait de 4 points sur le permis de conduire ;
  • - Une suspension du permis de conduire pour une durée maximale de 3 ans,  avec une possibilité de suspension limitée à la conduite en dehors de  l'activité professionnelle.

Ce dimanche encore, de très nombreuses infractions ont eu lieu traditionnellement, au coin de la rue Garibaldi et, de toute la matinée, aucun policier, aucun ASVP n'étaient là pour verbaliser les contrevenants dont beaucoup étaient des récidivistes. 

La violation des lois est si habituelle que cela devient normal pour les contrevenants et les voyous de n’en tenir aucun compte !

Tous ceux qui sont payés pour le maintien de l'ordre social, la plupart du temps, se défilent ou comme nous l'avons constaté passent devant des véhicules en infraction gênante en faisant semblant de ne pas les voir. Pire, quand le constat est fait, l'agent cherche avec insistance le conducteur pour éviter de le verbaliser et risquer un conflit. Résultat : multiplications des délits et c'est ainsi que le bordel social s'aggrave.

Stationnement en double ou en triple files de la rue Garibaldi à la rue Jean Vernet face au magasin Sakthi qui s'approprie le trottoir pour entreposer ses marchandises. Le même problème se poursuit 30 m plus haut avec un nouveau magasin de produit "exotiques ". S'ajoute à ce niveau, le stationnement de voitures en permanence sur le trottoir !   

 

A suivre …

---------------------

09/03/2015

Voici ce à quoi nous préparent nos politiques dans notre société !

Des moyens disproportionnés qui signent l’impuissance totale de nos politiques contre l’insécurité !

 police casquée cagoulée.jpg

Sommes-nous, y compris dans notre pays, en guerre, comme beaucoup l’affirment contre les fanatiques musulmans ?

Quelles sont les forces en présence ?

D’une part, une armée de fanatiques tuant au nom d’Allah et pour la conquête de ce monde et, d’autre part, une coalition mondiale impuissante qui cache sa lâcheté sous l’oriflamme de la tolérance et d’une négligence démissionnaire.

Nos moyens :    

Un Gouvernement sans gouvernail, une Justice laxiste, une Police en sous-effectif, des polices supplétives communales destinées à faire de la figuration pour donner l’illusion d’une sécurité :
L’ ASVP jamais au bon endroit ni au bon moment, des médiateurs baladeurs sans aucun pouvoir effectif autre que celui de bonimenter pour donner le change.
Très prochainement une police municipale ruineuse pour le budget communal et dont nous savons à l’avance qu’elle ne sera pas rentable en terme d’efficacité. D’autres exemples communaux l’ont pourtant démontré.

Cette pléthore de polices inefficaces ne suffisant pas, le gouvernement en plus des CRS, des polices spéciales, IGN, la BAC, le RAID, le GIPN, le GIGN envoie l’armée et pourquoi pas un porte-avions sur le canal de l’Ourcq !

A l’évidence, nous nous enfonçons de plus en plus dans l’insécurité, car aucune de nos institutions politiques ou administratives n’est capable de garantirnotre sécurité dans notre pays !

Il est temps que nos « représentants » politiques comprennent que notre société a changé et qu’elle est devenue plus mature en raison de ses déceptions politiques continuelles…
Nos concitoyens n’entendent plus se faire diriger comme des « débiles », éternellement assistés et sans aucun pouvoir entre deux élections sur leurs représentants politiques.

Curieuse démocratie où nos serviteurs politiques se font passer pour nos maitres, curieuse démocratie où ceux qui sont responsables de la crise se préservent de leurs effets par des privilèges statutaires, financiers liés à leurs fonctions.
Pas étonnant dans ces conditions que les administratifs fassent pratiquement n’importe quoi, sans aucun risque d’être démis de leurs fonctions en raison de leurs échecs.

Ce blanc sein sécuritaire sur 5 ou 6 ans, concédé à nos « représentants » politiques est une des causes essentielles de la persistance de nos problèmes. La sécurité les stérilise et la prise de risque pour résoudre nos problèmes devient donc inutile entre deux élections. L’obsession de l’élu politique, c’est uniquement de durer par tous les moyens, y compris jusqu’à la duperie des électeurs par des promesses illusoires.  

L’organisation politique n’est pas seule en cause dans nos problèmes,  car les fonctions attributives du Maire frisent le délire. 

Un Maire, est chargé de toutes les responsabilités des problèmes survenant dans sa commune, c’est dire qu’il est condamné irrémédiablement à l’échec.
Comment un Maire aussi peut conscient qu’il puisse être, peut-il accepter une telle charge sans que, dans un éclair de lucidité il proteste, en proposant non seulement le partages des taches mais aussi des responsabilités collégialement assumées.       

 Evidemment, nous parlons d’un Maire doté d’un minimum de conscience et non de la quasi-totalité des Maires plombés par leur égotisme prétendant tout régenter à eux seuls.
Inévitablement débordés, ils négligent des choses essentielles, oublient, tergiversent et mentent pour trouver des excuses à leurs échecs.
Si nous dépeignons ici un portrait type, convenez en,  il ressemble étrangement au portait de chaque Maire.
Nous devons donc en conclure que la fonction de Maire avec toutes les responsabilités y afférant les  condamnent irrémédiablement à l’échec.

1ère suggestion ARC4 :
La conduite d’une administration notamment communale ne peut être que le produit d’une direction collégiale auto pondérée par le pouvoir égalitaire des membres d’une telle représentativité, statuant sur décision collective majoritaire.            

Il importe donc de condamner les organisations pyramidales où un seul individu décide statutairement de tout, de manière dictatoriale comme c’est présentement le cas dans toutes nos communes.
Les directions collégiales sont destinées à succéder à l’archaïsme du pouvoir personnel, digne héritier du pouvoir royal ou d’une dictature, car il procède de l’un ou de l’autre, en parfaite opposition avec l’essence même de notre démocratie.

Alors, difficile d’expliquer pourquoi une telle organisation politique persiste, sinon par la manipulation continuelle de nos concitoyens ?  

2ème suggestion ARC4
La direction collégiale du pouvoir communal est un premier pas dans la bonne direction, qui pourrait être utilement complété par la mise en œuvre d’un système de démocratie participative des citoyens, qui participeraient aux décisions du Conseil Municipal avec un authentique pouvoir de décision relatif à  leur environnement immédiat, qu’ils ont l’avantage de connaitre parfaitement.  

Sur l’insécurité permanente de notre société  

Une solution qui fait ses preuves !

En toute modestie, l’association ARC4 de citoyens vigilants a réussi à réduire les cambriolages et les agressions ( parmi ses membres) à près de 100 % à l’exception d’une personne qui partait plusieurs mois en vacances sans aucun système d’alarme dans son pavillon. 

Les citoyens coalisés dans leur quartier, veillant réciproquement les uns sur les autres, ont réussi pendant plus de 4 ans jusqu’à aujourd’hui, à éradiquer toutes agressions, vols et cambriolages, grâce au renforcement de leurs liens de solidarité et à leur vigilance sur leur environnement immédiat !    

Face à ce résultat qui dépasse de loin toutes nos espérances initiales, nous nous posons de sérieuses questions : pourquoi ARC4 ne bénéficie-t-elle pas d’aide des pouvoirs publics : subvention et d’assistance médiatique sur le bulletin municipal, qui curieusement, n’évoque jamais des problèmes d’insécurité qui préoccupent au premier chef tous les courneuviens.

En conclusion, notre société deviendra réellement viable quand nos concitoyens cesseront de se laisser diviser par des partis politiques, les religions ou le communautarisme, pour faire face efficacement aux problèmes qui affligent la totalité de nos concitoyens. La société, bien que faite par eux-mêmes, n’est pas à leur mesure.
Nous devons donc nous résoudre philosophiquement à accepter l’écart variable, mais persistant, entre ce que nous voudrions et ce qui est !
Rien n’est parfait, mais l’essentiel, c’est de tout faire comme si c’était possible d’y parvenir !


RF